• Quel est le problème?

    Les marchés agricoles et la terre sont devenus la proie des spéculateurs financiers. Ils parient sur les prix des terres et des produits comme le blé, le maïs, le soja etc. Ce faisant ils créent des bulles spéculatives … Des Banques en Belgique sont complices.
  • Quels sont les impacts ?

    La spéculation massive amplifie les mouvements de hausse et de volatilité des prix agricoles mettant en péril la sécurité alimentaire des consommateurs les plus vulnérables, et l’avenir des petits producteurs. …
  • Comment agir?

    Il faut avant tout réguler le secteur financier et limiter la marge de manœuvre des spéculateurs. C’est le rôle des responsables politiques. Dans cette attente SOS FAIM propose d’interpeller les banques pour qu’elles adaptent leurs pratiques …

STOP À LA SPÉCULATION FINANCIÈRE SUR LES MATIÈRES PREMIÈRES AGRICOLES ET SUR LES TERRES

Des spéculateurs de toutes sortes parient sur l’évolution des prix agricoles et investissent dans des entreprises qui achètent massivement des terres à l’étranger. Par ces pratiques spéculatives, ils participent à la concentration des terres dans les mains des plus riches et à la hausse des prix alimentaires, menaçant la sécurité alimentaire des plus pauvres et l’avenir des petits agriculteurs.

Des banques en Belgique sont complices …
la vôtre peut être ? 

Partagez la vidéo

STOP À LA SPÉCULATION FINANCIÈRE SUR LES MATIÈRES PREMIÈRES AGRICOLES ET SUR LES TERRES

Des spéculateurs de toutes sortes parient sur l’évolution des prix agricoles et investissent dans des entreprises qui achètent massivement des terres à l’étranger. Par ces pratiques spéculatives, ils participent à la concentration des terres dans les mains des plus riches et à la hausse des prix alimentaires, menaçant la sécurité alimentaire des plus pauvres et l’avenir des petits agriculteurs.

Des banques en Belgique sont complices …
la vôtre peut être ? 

Où en est-on?

Suite de la campagne : Plus de mobilisation politique du prochain gouvernement
Depuis la sortie du rapport "En Belgique aussi les banques sont complices" en juin 2013 et sous la pression citoyenne et médiatique, les banques ont réagi et, pour certaines, se sont clairement positionnées ou engagées à supprimer les produits spéculatifs sur les matières premières agricoles de leur offre (KBC, Belfius ). Mais les avancées restent inégales entre les banques : découvrez l'état des lieux de la position de chaque banque.
Un an après la sortie du rapport, les ONG font le bilan
Le 18 juin 2014, pile un an après la sortie du rapport « La complicité des banques dans la spéculation sur l’alimentation », SOS FAIM fera le bilan de la campagne. Campagne de mobilisation citoyenne, de sensibilisation du secteur financier et de plaidoyer politique pour une régulation du secteur.

Que fait ma banque ?

A la demande de SOS FAIM, le Réseau Financement Alternatif (RFA) a réalisé une étude sur l’implication des banques en Belgique en matière de spéculation sur les produits agricoles.

Résultat : En avril 2013, 6 des 9 institutions financières passées sous la loupe offrent à leurs clients des produits financiers liés aux évolutions de prix des produits agricoles.

Quelques mois après la sortie du rapport, les banques ont réagi.

EN SAVOIR PLUS SUR MA BANQUE

 

Téléchargez l'étude "En Belgique aussi les banques sont complices".

DROIT A L'ALIMENTATION

La campagne "On ne joue pas avec la nourriture" s’inscrit dans la campagne du CNCD-11.11.11 sur le droit à l’alimentation.
Par ailleurs, le CNCD-11.11.11, Oxfam Solidarité et le Réseau Financement Alternatif sont associés à notre action.

De nombreux autres partenaires soutiennent notre démarche (voir ci-dessous).

Droit à l'alimentation