Quel est le problème?

Le problème : L’extrême volatilité des prix agricoles

Historiquement, les prix agricoles mondiaux ont été stables notamment en raison de mesures de régulation en Europe et ailleurs. Mais ces dernières années cette stabilité en a pris un coup avec l’émergence d’une extrêmement volatilité.

Volatilité expliquée par les fondamentaux du marché …

Ces variations brutales de prix s’expliquent par les variations de l’offre et de la demande : l’augmentation de la demande des pays émergents, la production d’agrocarburants, les prix élevés du pétrole et des engrais, les mauvaises récoltes causées par les aléas climatiques.

….mais pas seulement

Un nouveau facteur entre en jeu, la spéculation massive de nouveaux investisseurs financiers sur les marchés agricoles- hedge funds, fonds de pension, fonds souverains, et les banques financières.
 

Fonctionnement des marchés et des mécanismes de spéculation

Prix locaux des produits alimentaires par région

janvier 2007 à novembre 2010 (base 100 en janvier 2007). Source

Indice mensuel des prix des denrées alimentaires 

Indice mensuel des prix des denrées alimentaires
janvier 1990 à mai 2011 (base 100 en 2000)

La spéculation a toujours existée

Depuis le 19ème siècle, les agriculteurs vendent leurs récoltes futures à travers des contrats à terme pour se protéger des variations de prix. Les hedgers (entreprises agroalimentaires) ainsi que les spéculateurs achètent ces contrats à terme. 

Les spéculateurs qui n’ont pas besoin de ces produits agricoles achètent les contrats pour les revendre ultérieurement plus cher aux hedgers.

 

…mais n’avait pas cette ampleur

Quand les spéculateurs ne représentaient qu’une faible minorité des acteurs sur les marchés à terme, leur comportement ne pouvait pas perturber les mécanismes de formation de prix. Dès lors qu’ils deviennent majoritaires sur ces marchés, ils sont en mesure d’interférer et de manipuler les cours. 

 

Part de marché des spéculateurs . sur les marchés à terme

Part de marché des spéculateurs sur les marchés à terme

Photo de cacaox

Exemple

En juillet 2010, le hedge fund anglais Armajaro a acheté 240 100 tonnes de fèves de cacao à Londres, en contrat à terme, presque la quasi-totalité des stocks européens et 7 % de la production annuelle mondiale. Cet achat a créé une pénurie artificielle qui a provoqué une flambée des prix. Cet exemple illustre bien l’idée que le produit fictif détermine désormais le prix du produit réel, par l’abus de position de marché des nouveaux spéculateurs. En accumulant une grande partie des contrats à termes de cacao, Armajaro a créé une pénurie artificielle qui a dicté une augmentation du prix du cacao sur les marchés physiques. 

 

 

Pour une large majorité d’experts, ces nouveaux acteurs favorisent des bulles spéculatives.

La majorité des experts et des agences internationales reconnaissent l’effet déstabilisant de ces nouveaux acteurs : ils augmentent de façon artificielle les prix sur les marchés locaux mais aussi internationaux.

 

« Les activités des fonds indiciels ont un rôle clé dans la flambée des prix alimentaires en 2008 » Banque Mondiale, Placing the 2006-2008 Commodity price boom into perspective, Juillet 2010.